Boule et Bill 2 : un film bonard

boule-et-bill-2

Le dernier film que je suis allé voir au cinéma est le volet n°2 des aventures de Boule et Bill. À l’origine, l’histoire de ce petit garçon et de son chien est une longue série de bandes dessinées mise en image par Jean Roba en 1959. Ces histoires se sont fait connaître par le biais du magazine « Spirou ». Très rapidement, les gags de Boule et Bill sont devenus très populaires et connus de tous.

Un casting exceptionnel

L’idée de mettre en scène et d’adapter ces bandes dessinées au cinéma est celle d’Alexandre Charlot et de Franck Magnier en 2013. Un premier film d’animation, drôle et simple, adapté aux enfants et qui a aussi convaincu les adultes. Ce succès a donné à Pascal Bourdiaux, réalisateur français, l’idée de faire une suite. Le scénario est réalisé par Benjamin Guedj tout comme la création des dialogues. Le film est produit par plusieurs sociétés telles que TF1 films production, CN5 productions et Appaloosa Films. Pour le casting, Pascal Bourdiaux s’entoure d’acteurs au nom bien connu tel que Franck Dubosc et Mathilde Seigner qui jouent les parents de Boule. Le personnage de Boule est interprété par Charlie Langendries, jeune acteur qui correspond bien au personnage de Boule. On retrouve aussi le célèbre humoriste Manu Payet, qui réalise le doublage de la voix de Bill.

boule-bill-2-avis-film

Synopsis

Les aventures de Boule et Bill sont bien connues pour être une suite de gags, d’histoires drôles et amusantes mettant en scène, une famille composée d’un couple parental, d’un enfant et son chien. Souvent défini comme famille idéale, dans le deuxième film cette représentation va changer. Le travail du père de Boule est de mettre en scène les histoires drôles de son fils et de son ami Bill. Sa nouvelle patronne, qui n’est que l’éditrice de ces histoires, (jouée par l’actrice Nora Hamzawi) lui reproche de publier trop de joie, trop de bonheur, des histoires trop idéales. Pour elle, le bonheur dans lequel vit Franck Dubosc et sa famille devient négatif sur sa carrière et son inspiration. Elle lui laisse une échéance de deux mois pour produire une nouvelle bande dessinée très triste, sans bonheur. Le film commence donc par cette note de tristesse qui donne bien le ton sur lequel le scénario est écrit. Franck Dubosc, paniqué face à ce dilemme prend tous les risques quitte à avoir un comportement curieux, faire des bêtises et mettre en péril son couple.  Mathilde Seigner, dans le rôle de la maman, joue un personnage niais, qui la met peu à son avantage. Des scènes lourdes, parfois peu adaptées aux enfants, avec des insultes, et à certains moments beaucoup trop infantiles sont relativement décevantes. Ce qui est encore plus décevant dans le film, c’est que les histoires de Boule et Bill passent au deuxième plan. Il est plus mis en avant, la vie du père, son travail et la relation avec sa femme.  En gros, se contenter de lire les histoires de Boule et Bill en bandes dessinées est une valeur beaucoup plus sûre, amusante et divertissante !